Mardi 24 juillet 2018

Lui en moi et moi en lui (Jean 6,41-59)


Lire le texte

La parole sur le pain continue à produire ses effets, mais l’auditoire a changé. La foule grommelle son incrédulité comme autrefois au désert (Ex 16,2). Comment croire que le fils de Joseph et Marie, ces gens qu’ils connaissent si bien, est le pain descendu du ciel? Jésus répond. Nul ne peut croire à partir de ce qu’il sait ou voit. La foi est un don de Dieu. La foi se nourrit de l’enseignement de Dieu, en particulier dans les prophètes (voir Jr 31,33-34). Jésus explique ensuite pourquoi il a le droit de parler ainsi: Lui seul a vu le Père. Il le représente sur la terre, et il donne la vie éternelle à ceux qui croient. Celui qui mangera du pain qui descend du ciel ne mourra pas. Le texte évoque maintenant la cène, mémoire de la vie donnée de Jésus. Manger la chair, boire le sang. Les expressions frappent par leur réalisme. Les adversaires de Jésus les prennent à la lettre et s’insurgent. Mais en rester à la lettre ne conduit nulle part, seule compte la compréhension dans la foi. Je retiens le v. 56:» Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui.» Lorsque je prends la cène, je grandis dans une appartenance réciproque avec le Christ, lui en moi et moi en lui. Aucun sortilège, aucune magie dans ce moment, mais une relation qui s’approfondit, la confiance qui est nourrie. Avec le Christ, avec les autres, dans l’Esprit.

Pierre Marguerat

Prière: Donne-moi, Seigneur, de vivre la sainte cène comme une rencontre fortifiante.  

Référence biblique : Jean 6, 41 - 59

Commentaire du 25.07.2018
Commentaire du 23.07.2018