Jeudi 27 juillet 2017

La souffrance incontournable (Luc 9,18-22)


Lire le texte

La souffrance incontournable Qu’est-ce qu’on va en faire de ce Jésus? Question pertinente pour lui. Comment va-t-il être perçu, compris, reçu? Pierre voit juste, le Christ, face à lui Jésus est dévoilé. Sa réponse relève de la foi, dans l’amitié vécue avec le Maître. Il est le Messie de Dieu. Il n’est que présent, aucune figure du passé ne lui correspond. Dieu est là à agir. Il fait du nouveau par cet homme qui veut se dérober aux confusions du politique et même du religieux. Toujours ce besoin de classer, d’expliquer, de trouver des raisonnements rassurants, tourner le regard. Et toujours cette tentation à vouloir réduire l’espérance aux schémas habituels. Le Messie? Alors il va prendre le pouvoir… enfin! Le libérateur est là! Il va faire ce qu’on attend depuis longtemps! Il va me donner ce que je lui demande! Tout va se passer tel que je l’ai si souvent imaginé! Et à ce sujet, Jésus devient sévère. C’est la démission de tous nos rêves de pouvoir ou de toute-puissance. Le chemin à suivre passe par la souffrance, la croix et la résurrection. Justification de mes souffrances? Pis-aller pour les passer avec résignation? Non, avec elles aller jusqu’au bout de moi-même et m’ouvrir à la présence indicible et imperceptible de Dieu, à son Souffle qui me remet debout, au creux de ma fragilité.

Carlos Capo

Prière: Non pas ma volonté, Seigneur, mais m’ouvrir à la tienne… demain est promesse. Devenir veilleur de tant de signes d’espérance qui raniment mon désir de vivre.  

Référence biblique : Luc 9, 18 - 22

Commentaire du 28.07.2017
Commentaire du 26.07.2017