Vendredi 18 octobre 2019

Dernière chance (Matthieu 23,13-28)


Lire le texte

Le propos de Jésus contre les scribes et pharisiens atteint le sommet de sa dureté. Par sept fois, Jésus appelle le malheur sur eux et les traite d’hypocrites. C’est une vie terrible que celle d’hypocrite. Cela signifie littéralement «être sous un masque», être un acteur de théâtre. Quand dans notre vie nous ne sommes pas nous-mêmes et que nous tenons un rôle, c’est perturbant. Et quand ce rôle nous fait agir à l’encontre de ce que nous disons, il y a de quoi être révolté. Et Jésus est assurément révolté par la dualité de ces groupes religieux. Il donne d’éloquents exemples de leurs égarements, de leur logique dévoyée qui ne peut que les mener à leur perte, tout comme celles et ceux qui les suivent. Ce discours n’a rien de bienveillant, car l’enjeu est immense à ce point culminant de l’Evangile. Jésus est sans doute lassé de disputer avec ces religieux, qui ne comprennent toujours pas. Et leur hypocrisie éloigne de Dieu, mène à la mort. Il n’est donc plus question de prendre des gants. Il est temps de dire les choses comme elles sont. Et la vérité blesse. De cette blessure peut toutefois naître une prise de conscience salvatrice. Mais pas forcément sous la forme attendue.

David Giauque

Prière: Seigneur, que je mène une vie cohérente entre mes actes et mes paroles. Que je puisse entendre les critiques et les intégrer, afin de toujours te rester fidèle.  

Référence biblique : Matthieu 23, 13 - 28

Commentaire du 19.10.2019
Commentaire du 17.10.2019