Bonne année!

Oui, malgré tout, je nous souhaite que cette année soit bonne. Après, les critères de ce qui est bon peuvent varier selon chacun-e. Ce peut être égoïstement ce qui me fait du bien, ce peut être ce qui fait du bien à la communauté, à la société… cette année, j’ai l’impression que le bien serait surtout une absence de mal.

Étrangement, je n’ai pas entendu parler de bonnes résolutions! Elles consistent habituellement en un travail sur soi. Je sais bien qu’on a généralement de la peine à les tenir, mais le mal extérieur à nous est-il si fort aujourd’hui qu’on ne voit plus le mal qui est en nous? Et dans la crise que nous traversons, je pense que nous avons tous un travail à faire sur nous-mêmes, et en particulier en ce qui concerne le regard que nous portons sur les autres. Très vite nous les accusons, nous les soupçonnons… et pourtant notre Dieu nous invite à une autre dynamique que Stan Rougier fait bien apparaître dans ce texte:

 

« Dieu est un bricoleur de génie.

Avec un couple stérile, Abtaham et Sarah, il engendre un peuple.

Avec un bègue, Moïse, il fait un prophète.

Avec un petite berger, David, il anéantit les tyrans.

Avec un homme trompé, Osée, il crie sa fidélité.

Avec une femme légère, il évangélise la Samarie.

Avec des lâches, il invente des apôtres.

D’un renégat, il fait le premier pape.

Un chef de commando de ratissage antichrétien devient Paul, amoureux de Dieu.

D’un blouson doré, bourré d’argent et de vanité, il nous fait un François d’Assise.

Dieu choisit ce qui est faible pour confondre la sagesse des sages.

Heureux celui qui croit que chaque être humain, même le plus vil, est invité à partager l’intimité de Dieu pour toujours. »

 

Soutenus par l’Esprit de Dieu, osons croire à la puissance de changement de l’amour et de la bienveillance. Oui, il y a des gens mal intentionnés dans le monde, il y a des gens qui ont renoncé au respect des autres par appât du gain, il y a des gens qui se laissent subjuguer par les passions mauvaises telles que le pouvoir, la colère, l’ennui, la perversion, qui sont souvent de mauvaises réponses à de réelles blessures. A la suite du Christ, osons croire en notre prochain sans attendre tout de lui non plus.

Et de la part de Paul, l’amoureux de Dieu, recevons ces paroles d’encouragement (Colossiens 1, 9-13):

« Nous demandons à Dieu de vous donner toute la sagesse et l’intelligence qui viennent de son Esprit. Ainsi vous pouvez connaître entièrement ce qu’il attend de vous. Vous pourrez vivre comme le Seigneur le veut et faire tout ce qui lui plaît. Vous accomplirez toutes sortes d’actions bonnes et vous connaîtrez Dieu de plus en plus. Sa puissance magnifique vous rendra forts pour tout. Alors vous résisterez et vous supporterez tout avec patience. Avec joie, remerciez le Père : il vous a rendus capables de recevoir les biens qu’il garde pour ceux qui lui appartiennent dans le royaume de la lumière. Il nous a arrachés au pouvoir de la nuit et il nous a fait passer dans le royaume de son Fils très aimé. »

A la suite du Christ, cette année 2021 sera bonne!

Pasteur Christian Pittet

Image Pixabay